Aménagement des espaces éducatifs
Classe de demain

C'est vous qui le dites

Témoignage de Bruno VERGNES - "Un nouvel espace de travail pour reconquérir l’attention des élèves"

26 mars 2018
Témoignage
Bruno Vergnes

Nombreux sont les enseignants qui se demandent comment créer, dans leur classe, les conditions de l’attention. Bruno Vergnes, professeur de français au collège Innovant Pierre Emmanuel de Pau, nous parle de son expérimentation : « repenser l’espace classe avec les élèves pour reconquérir leur attention »…

Plusieurs constats à l’origine

« J’enseigne dans un collège très particulier, un collège qui a le désir de travailler un peu différemment quand il le peut. Du fait de sa qualification d’«innovant » cet établissement accueille des profils extrêmement variés : les parents d’élèves précoces, tout comme les parents d’élèves en grande difficulté ou les familles à la recherche d’un établissement scolaire d’élite, tous se sont dit pour des raisons différentes : « et si on testait le collège innovant » ? Résultat : des classes extrêmement hétérogènes dans le niveau des élèves.

Lors de la dernière rentrée, en accueillant mes deux classes de 6ème, j’ai remarqué un très fort déficit d’attention.

Enfin, certains élèves « ont la bougeotte », et d’autres arrivent en classe dans une situation de tension, quasiment d’agressivité alors que d’autres sont prêts pour travailler.

Je me suis dit qu’il allait falloir trouver un moyen de faire en sorte que tout ce monde-là puisse progresser à son niveau, interagir, utiliser le numérique, et être prêt à affronter le XXIè siècle notamment dans les compétences de collaboration, de communication, liées aux TIC et les habiletés sociales et culturelles.

C’est dans ce contexte que j'ai décidé d’organiser différemment l'espace, faisant le pari que ce pouvait être un vecteur pour reconquérir l'attention »

Impliquer les élèves

Dès le départ Bruno Vergnes a la conviction que la réussite de ce nouvel espace d’apprentissage réussira s’il implique les élèves. Pour cela, il s’inspire de la méthode du MOOC des Savanturiers.

C’est ainsi que les élèves ont répondu à des questions sur ce qu’ils aiment et ce qu’ils n’aiment pas durant la journée de classe. Ils ont aussi dessiné la classe telle qu’ils l’aimeraient, et choisi l’endroit où ils se verraient le mieux.

Différencier l’espace

Pour des élèves aussi différenciés, Bruno VERGNES décide de composer des espaces d’une grande diversité. Il nous décrit sa classe :

« Il y a ceux qui ne sont pas du tout attentifs, ils sont devant.

Ceux qui, au contraire, sont très attentifs quant à eux, vont au fond de la classe. Ils sont très autonomes et très rapides dans leur travail et ils s’autocorrigent, notamment grâce à des ressources numériques que j’ai mises à leur disposition.

Au milieu, il y a ceux qui sont entre les deux : encore sur le chemin de leur autonomie, ils sont capables de collaborer, peuvent s’entraider en travaillant par groupes de 4 ou 6. Les plus autonomes, lorsqu’ils ont fini leur travail, quittent le fond de la classe pour venir les aider en animant un groupe par exemple. » Ils se sentent alors valorisés dans un rôle de « moniteur ».

Et puis il y a aussi, dans la classe, ce que Bruno Vergnes appelle le « coin Lecture ». Il s’agit en réalité d’un endroit de la classe qui agit comme un « sas de décompression », en permettant aux élèves qui arrivent tendus ou stressés d’y passer quelques minutes et de décompresser. C’est aussi un endroit où l’enseignant peut aller voir l’élève, « avoir une attitude différente avec lui, aller lui parler, se mettre à son niveau... ». Au fil des semaines et des mois, les séjours dans le « coin lecture » deviennent d’ailleurs de plus en plus rares, à telle enseigne qu’il devient un endroit où les élèves qui ont fini leur travail viennent véritablement… lire comme une récompense.

Enfin, la classe offre aussi un mange-debout, pour accueillir ceux qui éprouvent des difficultés à rester assis et leur offrir une posture pour travailler – un peu comme dans le Future Classroom Lab, avec le Flexible Seating.

Avec le temps, Bruno Vergnes remarque que les élèves qui ont besoin de faire une étape pour décompresser, ou d’utiliser le mange-debout pour travailler sont de moins en moins nombreux… Signe que l’idée a fait son chemin, et que « cette salle a vraiment permis de reconquérir de l’attention ».

Laisser un commentaire
{{totalComments}} commentaires
Array
Auteur : Bertrand

Responsable Éducation et Numérique

 #Sportif #Passionné #Curieux

Commentaires ({{totalComments}})

  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}

Laissez un commentaire