Aménagement des espaces éducatifs
Classe de demain

C'est vous qui le dites

Classe ballon : une première en France !

13 septembre 2018
Témoignages

Dans le nord de la France, un établissement agricole privé a décidé de remplacer toutes les chaises de sa classe de 4e par des ballons de fitness pour en finir avec l’agitation et le bruit. Coup de folie ou graine de génie ? Le projet a en tout cas reçu le prix de l’innovation pédagogique du Centre National de l’Enseignement Agricole Privé et les résultats ne se sont pas fait attendre. Découverte avec Valérie Darques, enseignante et porteuse du projet.

Q : Comment est né ce projet de classe ballon ?

V.D.: Lors d’une réunion pédagogique, un intervenant est venu dans notre établissement nous parler du décrochage scolaire. Selon lui, l’aménagement classique des classes ne permet pas aux élèves de respecter leur bulle d’intimité respective, qui correspond à la distance qui sépare leurs corps de la pointe de leurs doigts lorsque leurs bras sont tendus. C’est, pour lui, ce qui explique les comportements d’agitation voire d’agressivité qu’on constate parfois pendant les cours. Il pointe ainsi du doigt l’utilisation de tables doubles - qui contraignent les élèves à passer 8 heures en proximité avec un camarade - et préconise plutôt l’usage de tables rondes ou ovales.

Q : Pourquoi ces propos ont-ils résonné dans votre esprit ?

V.D.: Je suis professeur de français dans une classe de 4e principalement composée d’élèves fâchés avec l’école. Ils ne trouvent pas leur place dans le système classique et se sentent nuls. Nombre d’entre eux présentent par ailleurs des troubles DYS, sont hyperactifs ou kinesthésiques. C’est comme ça que j’ai pris conscience de la nécessité de nous interroger sur l’aménagement de la salle de classe. En effectuant des recherches, nous avons découvert l’existence d’une classe ballon au Québec. Nous avons donc présenté l’idée à l’occasion d’un appel à projets sur l’innovation pédagogique lancé par le Centre National de l’Enseignement Agricole Privé et le Crédit Agricole. Et nous l’avons remporté !

Q : Comment se caractérise ce projet ?

V.D.: Concrètement, nous avons supprimé toutes les chaises de la classe. Nous les avons remplacé par des ballons de fitness pour en finir avec les chutes, les balancements et le bruit que cette agitation pouvait générer. Désormais les élèves sont installés autour de tables rondes. Chaque adolescent dispose de son propre ballon, gonflé en fonction de sa morphologie et de son poids.

Q : Qu’est-ce que les ballons ont changé dans la classe ?

V.D.: Les élèves sont mieux assis, ils gesticulent moins et l’ambiance est plus apaisée. Je consacre donc moins de temps à la surveillance. Mais les ballons ont aussi entrainé un changement dans notre manière d’aborder la pédagogie. Si notre établissement favorise déjà la mise en place de projets pédagogiques, nous avons renforcé cet aspect. Le matin, nous proposons des cours magistraux traditionnels alors que l’après-midi est consacré aux ateliers. L’installation en ilot facilite ainsi la coopération. Mais les enseignants ont aussi dû revoir leur posture. Nous nous positionnons désormais davantage comme des chefs de projets, des guides.

Q : Avez-vous rencontré des réticences ?

V.D.: Les élèves ont participé à l‘élaboration du projet, de sa conception à sa réalisation en passant par son évaluation. La grande majorité s’est montrée satisfaite. Si certains enseignants ont initialement fait part de leurs doutes, tous ont rapidement saisi les enjeux du projet et souhaitent désormais poursuivre l’aventure. Même les parents, dont les nombreuses questions trahissaient une inquiétude légitime, ont vite compris l’intérêt de la méthode lorsqu’ils ont vu disparaitre des carnets de liaison les mentions régulières indiquant que leurs enfants avaient chuté de leurs chaises en s’y balançant. Bref, tout le monde a pris conscience qu’on pouvait se concentrer en bougeant et que les ballons pouvaient y contribuer. 

Q : A vous entendre, il semblerait que pédagogie et aménagement des salles de classe soient indissociables ?

V.D.: Vous ne pouvez pas modifier vos méthodes pédagogiques sans interroger l’organisation de l’espace, et inversement. Le projet de classe ballon a bousculé l’organisation de l’espace. Nous avons par exemple supprimé le tableau à craie, dont la poussière venait se coller sur les ballons. Il a été remplacé par un tableau blanc que nous avons changé de place pour que les élèves - désormais tous installés autour de tables rondes - puissent le regarder facilement. La suppression des chaises a par ailleurs entrainé l’installation de porte-manteaux. Nous aimerions enfin pouvoir prochainement acquérir des tables modulables et un double vidéoprojecteur qui projettera à deux endroits différents pour éviter que les élèves n’aient à se retourner.

Que pensez-vous de ce projet de classe ballon ? Quels aménagements préconiseriez-vous pour compléter ce dispositif ?

Découvrez également le témoignage de Béatrice Poignonec, enseignante au CE1 - aménagement de la classe : que changer pour mieux apprendre ?

Si vous souhaitez en savoir plus, sur la démarche de Batisseurs de possibles, cliquez ici.

Laisser un commentaire
{{totalComments}} commentaires
Array
Auteur : Catherine

Chargée de communication

#Sportive #Impliquée #Curieuse

Commentaires ({{totalComments}})

  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}

Laissez un commentaire