Aménagement des espaces éducatifs
Classe de demain

C'est vous qui le dites

Hyperactivité et manque d’attention en classe primaire : les conseils pour impliquer davantage vos élèves

22 juin 2020
Témoignages

L’apprentissage, la vie en groupe et le respect des règles sont plus difficiles pour les enfants auxquels on a diagnostiqué un TDAH. Christine Gétin, Présidente et fondatrice de l’association HyperSupers TDAH France, revient sur les fondamentaux et propose quelques pistes pour les accompagner au mieux et tendre vers des classes plus inclusives.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre association et ses missions ?

Nous aidons les parents à mieux comprendre les difficultés de leurs enfants, à dialoguer avec les équipes enseignantes et à engager la procédure pour mettre en place un plan d’accueil personnalisé (PAP). Il nous arrive aussi d’aider les parents à obtenir une reconnaissance de handicap.

Et bien sûr nous avons une mission d’information. Nous mettons ainsi 3 sites internet à disposition : le site de l’association (www.tdah-france.fr), un site dédié aux enseignants et au TDAH en classe  (www.tdahecole.fr) et un web-documentaire accessible sur www.plongezennostroubles.com, et de la documentation papier.

Qu’entend-t-on par TDAH et qu’implique-t-il sur l’attitude et l’apprentissage en classe ?

Le sigle fait référence au Trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Des enfants atteints d’un TDAH éprouvent des difficultés d’attention, auxquelles s’ajoutent souvent de l’hyperactivité motrice et cérébrale et de l’impulsivité.

Mais c’est bien le déficit d’attention le cœur du problème. Un enfant qui a un TDAH n’est pas outillé pour sélectionner un objet d’attention et s’y tenir. Il va être happé par des « distracteurs » et décrocher de ce que dit l’enseignant. Ainsi, en lecture par exemple, il aura tendance à sauter des mots ou des phrases, et aura du mal à donner du sens à ce qu’il est en train de lire.

Et cela va concerner aussi ce qu’on appelle l’attention divisée. Logiquement, cette modalité de l’attention nous permet de faire deux choses de manière flexible, comme écouter puis écrire dans le cadre d’une dictée. Mais cette double tâche est parfois compliquée pour l’enfant qui a un TDAH. Si bien que sans suivi adapté, il peut décrocher très vite et accumuler des lacunes.

L’hyperactivité et l’impulsivité peuvent aussi être des freins non ?

Elles entraveront moins l’acquisition, mais peuvent déranger et avoir des conséquences sur l’intégration des enfants souffrant d’un TDAH au sein d’un groupe d’élève. Car ils vont avoir du mal à attendre la fin d’une question pour y répondre, et ne se conforment donc pas aux règles selon lesquelles il faut par exemple lever la main et être désigné avant de parler. De la même manière, ils auront du mal à attendre dans une file d’attente, ils auront un besoin plus important de bouger et des difficultés à rester assis à leur place plusieurs heures.

Quelles améliorations faciles recommandez-vous aux enseignants qui souhaitent tendre vers une classe plus inclusive ?

Comme ce sont des enfants qui ont, le plus souvent, besoin de bouger, l’une des astuces consiste à leur proposer un coussin. Cela créé une certaine instabilité, et leur permet de bouger sur leur siège sans déranger toute la classe. Certains équipent aussi leur classe de vélo-bureaux. Le fait de pédaler aide les enfants à se concentrer, et pas seulement ceux qui souffrent d’un TDAH. De manière générale, un mobilier flexible et modulable facilite la circulation des élèves dans la classe.

L’installation d’un espace de détente ou la mise à disposition de casques anti-bruit sont-ils bénéfiques ?

Oui et là encore c’est bénéfique pour tous les enfants. Dans le cas d’un enfant souffrant d’un TDAH, veiller à ce qu’il ne glisse pas vers un état d’excitation trop fort est essentiel. Avoir un coin de retour au calme aménagé dans la classe va permettre d’éviter les situations trop tendues en classe. Tout le monde y gagne.

Et certains enfants sont très sensibles au bruit en effet, même si c’est moins un symptôme du TDAH en particulier. La mise à disposition de casques anti-bruit ou diffusant des musiques douces peut donc être très bénéfique. Je pense que tant qu’on laisse la liberté à l’enfant d’avoir accès à un espace calme ou à un casque, il sait s’en saisir quand nécessaire.

Y a-t-il des jeux ou des méthodes qui permettent aux enseignants de mieux intégrer les élèves TDAH ?

Les travaux manuels ou les projets de groupe qui vont permettre d’avancer par étape concrète peuvent en effet être très positifs. Car les enfants atteint d’un TDAH sont sensibles à ce qu’on appelle la récompense immédiate. Ils seront donc plus facilement motivés par une activité qui donnera un résultat concret.

Il est possible d’organiser des ateliers pour fabriquer, cuisiner, ou de monter des projets de groupe à réaliser par étape sur l’année. Cela invite les enfants à travailler la métacognition. Au lieu de faire les choses à leur place, on les conduit à réfléchir à la réalisation des choses, à la planification et ce sont eux qui font.

Mon conseil aux enseignants est surtout d’être attentifs à la composition des petits groupes de travail. Comme dans le monde professionnel, si on veut qu’une équipe soit opérationnelle, ses membres doivent réunir trois qualités essentielles : la communication, la créativité et l’organisation. Les enfants qui ont un TDAH sont très mal organisés mais ils peuvent s’avérer être de bons communicants et de bons créatifs. Penser à cela va permettre de bien faire fonctionner le groupe tout en intégrant à ce travail l’enfant souffrant d’un TDAH.

Avez-vous des conseils particuliers à adresser aux enseignants pour gérer les phases d’émotions négatives ?

Cela dépendra des enfants, mais il faudra soit les contenir soit les isoler. Dans tous les cas, les solutions doivent être pensées en amont et en équipe. Il faudra aussi communiquer quand un incident se produit. Sans cela, un enseignant peut souffrir d’un sentiment d’échec et ne plus se sentir bien dans sa classe.

Après, je dirai qu’il faut toujours être dans l’encouragement et le renforcement positif vis-à-vis de ces enfants. C’est un élément important pour les motiver !

Laisser un commentaire
{{totalComments}} commentaires
Vous allez aimer aussi...

Commentaires ({{totalComments}})

  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}

Laissez un commentaire